Uppsala Papers in Africa Studies

Forum for Africa Studies is launching the new publication series Uppsala Papers in Africa Studies to publish, dissemnate and make better known Africa research carried out at Uppsala University. Uppsala Papers in Africa Studies is simultaneously published online and as hard copy.

The scope of the series ranges from collaborative studies and research reports, via symposium papers and collections of think pieces in relation to public debate, to transdisciplinary studies and solid ethnographic papers longer than the conventional article format. The collaborative dimension - over disciplinary borders and in joint research work with African colleagues - is a leading ambition of the series.

Publication languages are English, French and Swedish. Series Editor is Professor Sten Hagberg.

To purchase hard copies of Uppsala Papers in Africa Studies, please Uppsala University's webshop: : http://acta.mamutweb.com

 

Uppsala Papers in Africa Studies

Uppsala Papers in Africa Studies 1

Vers une sécurité par le bas ? Étude sur les perceptions et les expériences des défis de sécurité dans deux communes maliennes, by Sten Hagberg, Yaouaga Félix Koné, Bintou Koné, Aboubacar Diallo et Issiaka Kansaye, Uppsala Papers in Africa Studes 1, 2017, Uppsala University.

Comment sont les enjeux de la sécurité au Mali perçus par les citoyens ordinaires ? Quelles sont les sources de sécurité existantes ou perçues par les gens vivant dans des communes maliennes. Telles sont les questions qui ont guidé cette étude de la sécurité par le bas, conduite par une équipe d’anthropologues. L’étude porte un regard sur la situation sociopolitique et sécuritaire malienne à partir des discours et pratiques populaires, y compris les initiatives citoyennes pour renforcer la sécurité, telles que la patrouille d’auto-défense et le règlement local de conflit. En même temps, elle révèle ce que les gens perçoivent comme « une absence de l’État », car l’insécurité prévaut « lorsque la gestion des affaires de l’État ne se fait pas dans la transparence ». Aussi, les notions locales de sécurité, telles que lakana et hakilisigi en bamanankan, sont analysées dans le contexte local spécifique et en échange avec les citoyens lambda.

L’étude s’est déroulé dans deux communes maliennes : Niono et de Kalaban-Coro. L’insécurité a pris de l’ampleur à Niono (Région de Ségou) avec des attaques des groupes armés. Le chef de guerre djihadiste Amadou Koufa est actif dans cette zone frontalière avec la Mauritanie. Une psychose s’est installée par rapport à une éventuelle attaque. Les problèmes fonciers se posent dans cette région où l’Office du Niger est le maître d’ouvrage d’aménagement des terres fertiles. Kalaban-Coro (située à côté de Bamako) constitue un hinterland de la capitale malienne. Dans cette commune, la recherche a cherché à comprendre comment la sécurité et l’insécurité sont perçues et vécues par les citoyens lambda, qu’il s’agisse du banditisme, des groupes armés ou des dispositifs sécuritaires. A Kalaban-Coro se pose également des sérieux problèmes fonciers liés à l’expansion de Bamako.

La recherche est le fruit d’une collaboration établie depuis 2008 entre le Point Sud (Mali) et l’université d’Uppsala (Suède). La présente étude se situe dans le cadre du programme « Construire une paix durable au Mali : Contributions de la société civile aux politiques de sécurité des populations », 2016-2018, dirigé par Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) avec la Coalition Nationale de la Société Civile pour la Paix et la Lutte contre la Prolifération des Armes Légères (CONASCIPAL). Le programme est financé par l’Agence Suédoise de coopération pour le Développement International (Asdi).

More information about the study here

The study is available online here:

Uppsala Papers in Africa Studies 2

Transformations sociopolitiques burkinabè de 2014 à 2016 : Perspectives anthropologiques des pratiques politiques et de la culture démocratique dans "un Burkina Faso nouveau", by Sten Hagberg, Ludovic Kibora, Sidi Barry, Siaka Gnessi and Adjara Konkobo, Uppsala Papers in Africa Studies 2, 2017, Uppsala University.

Cette étude est une analyse des transformations sociopolitiques au Burkina Faso menée par une équipe de chercheurs anthropologues. A la faveur de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, Le Burkina Faso marque une  rupture avec son passé autoritaire et des régimes d’exception et s’engage dans le renouveau démocratique avec beaucoup de continuités politiques. Le président Kaboré, élu en novembre 2015, était l’un des architectes du pouvoir du président Compaoré, qui a été « chassé » du pouvoir suite d’une insurrection populaire. De même, le parti Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), serait la photocopie du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP). Alors au Burkina Faso, la rupture semble se faire dans une certaine continuité.

La recherche sur les transformations sociopolitiques burkinabè de 2014 à 2016 a pour ambition de présenter les points de vue et les perspectives des « citoyens lambda ». Elle s’intéresse aussi aux manières de faire la politique et sur les sens que les acteurs donnent aux pratiques politiques. La ferveur collective suite à la révolution d’octobre 2014 à la sauce burkinabè indique que les  attentes populaires sont immenses dans « un Burkina Faso nouveau » où « plus rien ne sera comme avant ».

La recherche est le résultat d’un travail collaboratif entre l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (Burkina Faso) et le Département d’Anthropologie culturelle et d’Ethnologie de l’université d’Uppsala (Suède). 

Plus d'info ici.

L'étude est téléchargeable ici.  

Uppsala Papers in Africa Studies 3

'Nothing will be as before': Anthropological perspectives on political practice and democratic culture in 'a new Burkina Faso', by Sten Hagberg, Ludovic Kibora, Sidi Barry, SIaka Gnessi and Adjara Konkobo, Uppsala Papers in Africa Studies 3, 2018, Uppsala University.

This study is an analysis of socio-political transformations in Burkina Faso carried out by a team of anthropologists. Following the popular insurgency of 30 and 31 October 2014, Burkina Faso marks a breach with its authoritarian past and military regimes. The country is committed to democratic renewal while political continuities prevail. President Kaboré, democratically elected in November 2015, was one of the architects of the power of President Compaoré, who was chased from power. Similarly, the People's Movement for Progress (MPP) party is, according many observers, merely a photocopy of the former ruling party Congress for Democracy and Progress (CDP). In present-day Burkina Faso, rupture seems to prevail in a context of continuity.

The study aims to present the views and perspectives of the “ordinary citizens”. It also focuses on the ways of doing politics and the meanings that actors give to political practices. The collective, revolutionary fever following the October 2014 revolution à la Burkinabe indicates that popular expectations are immense in “a new Burkina Faso” where “nothing will be as before”.

The research is the result of collaborative work between the Institut des Sciences des Sociétés of the Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (Burkina Faso) and the Department of Cultural Anthropology and Ethnology at Uppsala University of (Sweden).

More info about the study here

The study is available here

 

 

Uppsala Papers in Africa Studies #3, by Sten Hagberg, Ludovic Kibora, Sidi Barry, Siaka Gnessi and Adjara Konkobo is now published. It is the English version of Uppsala Papers in Africa Studies 2, also available online. More info, click on the image

 

Uppsala Papers in Africa Studies #1: "Vers une sécurité par le bas: Étude sur les perceptions et les expériences des défis de sécurité dans deux communes maliennes". Click on the image for more info.

 

Uppsala Papers in Africa Studies #2 "Transformations sociopolitiques burkinabè de 2014 à 2016: Perspectives anthropologiques des pratiques politiques et de la culture démocratique dans "un Burkina Faso nouveau". More info, click on the image.